Le Presbytère suite

Au premier étage au dessus de la cuisine, la chambre de M le recteur. Au dessus de la salle à manger, les chambres des deux vicaires qui n’étaient que de véritables boyaux ; au milieu un cabinet. Un grenier surmontait l’habitation. Au bout nord de la maison un cellier où se trouvait le pressoir acheté en 1882. Le tout sentait la vieillesse, la caducité. On avait dépensé 400 F en 1845 pour les plafonds de la cuisine et de la salle pour les planchers et les cloisons des chambres, les cheminées. Il était temps de récidiver. D’ailleurs le presbytère était devenu insuffisant : M. le roux, recteur, était obligé de chercher dans le bourg le logement à ses missionnaires et à ses visiteurs. Une hospitalité gracieuse leur était offerte chez les Lanier et chez les Joubaut. La cour du presbytère est fermée par un portail de 1882. Et par une

connexion/d’inscription

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
captcha
*Champ requis